Bienvenue sur le site Graines de baobab

Il n’est, à la vérité, aucun idiome au monde qui peigne toutes les nuances des choses. Toutes les langues sont pauvres à cet égard ; aucune ne peut exprimer, par exemple, en un seul mot, l’amour fondé sur l’estime, ou sur la beauté seule, ou sur la convenance des caractères, ou sur le besoin d’aimer. Il en est ainsi de toutes les passions, de toutes les qualités de notre âme. Ce que l’on sent le mieux est souvent ce qui manque de terme.
Voltaire, Correspondance, lettre 4432 (extrait)

Pourtant, si une langue n’a de valeur que par ses locuteurs, alors la langue française est riche ; riche de la valeur de tous ceux, Voltaire parmi eux, qui lui ont fait dire ou écrire les plus belles choses au monde. Venez partager cette richesse ! Cette page est une ébauche, à compléter à mesure des idées, de la fantaisie, de l’humeur : proposez les vôtres.

Un crime attire l’autre, et, de peur d’un supplice,
On tâche, en étouffant ce qu’on en voit d’indice,
De paraître innocent à force de forfaits.

Un cœur noble ne peut soupçonner en autrui
La bassesse et la malice
Qu’il ne sent point en lui.

Oh là là ! Que d’amours splendides j’ai rêvées !

Si cette Muse, à qui, Monsieur, vous n’êtes rien,
Avait l’honneur de vous connaître, croyez bien
Qu’en vous voyant si gros et bête comme une urne,
Elle vous flanquerait quelque part son cothurne.

Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez les cœurs contre nous endurcis

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l’hiver on pense au soleil, et quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l’ombre.

…le plaisir n’étant que la réalisation d’une envie préalable et qui n’est pas toujours la même, qui change selon les mille combinaisons de la rêverie, les hasards du souvenir, l’état du tempérament, l’ordre de disponibilité des désirs dont les derniers exaucés se reposent jusqu’à ce qu’ait été un peu oubliée la déception de l’accomplissement ;

Mourir pour des idées d’accord mais de mort lente

C’était donc cela, mourir? c’était ce plus jamais, ces bras tremblants refermés sur une ombre, qui ne laissait d’elle qu’un regret épouvanté.

Sur le plus beau trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul !

Un homme qui se vante de ne jamais changer d’opinion est un homme qui se charge d’aller toujours en ligne droite, un niais qui croit à l’infaillibilité. Il n’y a pas de principes, il n’y a que des événements ; il n’y a pas de lois, il n’y a que des circonstances : l’homme supérieur épouse les événements et les circonstances pour les conduire. S’il y avait des principes et des lois fixes, les peuples n’en changeraient pas comme nous changeons de chemise.

Il n’est pas breuvage meilleur pour être en sang transmué, vous épanouir le cerveau, esbaudir les esprits amicaux, ouvrir l’appétit, réjouir le palais et mille autres rares avantages.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté

Cette couardise fut pour Félicité une preuve de tendresse ; la sienne en redoubla. Elle s’échappait la nuit, et, parvenue au rendez-vous, Théodore la torturait avec ses inquiétudes et ses instances.

Je vous suis garant
Qu’un sot savant est sot plus qu’un sot ignorant.

 

Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d’en jouir aussitôt qu’il jouit de la raison.
Aller à la barre d’outils